Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blaise Compaoré, l’homme qui se désintègre ?

Les manifestants de la place de la Nation, à Ouagadougou, sont trop jeunes pour avoir connu le Burkina Faso – « pays des hommes intègres » – de feu le capitaine Thomas Sankara, dont l’assassinat en 1987 porta au pouvoir l’actuel président burkinabè, Blaise Compaoré, celui qui après avoir tout désintégré, semble se désintégrer lui-même.

Au seuil de 27 années d’un pouvoir absolu, le « Beau Blaise » en voulait encore et entendait tailler un costard à la Constitution, pour se permettre une nouvelle candidature en 2015. Tant que je gagne, je joue, hein Blaise… Mais ça s’est joué à pas grand-chose : le Parlement s’apprêtait à avaler ta couleuvre, contrit, quand soudain le peuple a pris possession de l’hémicycle, pour l’incendier par mesure de salubrité publique.

Mais qui a assommé a peur du gourdin : noyé par le sang versé des manifestants, Blaise a lâché du lest pour tenter de ne pas couler. En annonçant qu’il virait tout le monde, à l’exception bien entendu de son auguste personne ! De son côté, l’état-major burkinabè a sorti les cartes pour se livrer à une chouette partie de poker menteur : jeudi matin, la soldatesque refusait de tirer dans la foule qui se pressait devant les portes du palais présidentiel. Dans la soirée, la soldatesque instaurait le couvre-feu et annonçait une transition ouverte pour un an, sans préciser qui allait en prendre la tête.

Un enfumage complet comme Blaise les affectionne… Après le chaos, la confusion. Blaise ne rend pas les clés et l’armée lui offre une solution facile à utiliser. La révolte est ficelée et empaquetée, prête à être rangée dans un tiroir. Évidemment, Blaise finira bien par prendre la tangente, à l’horizontale ou à la verticale. Au moment où cela sera nécessaire, Papa Hollande changera les piles du jouet, en adoubant un successeur très gentil.

Par Nico Ramirez via Diktacratie

Tag(s) : #Burkina Faso, #Compaoré, #Afrique, #Actualité